Blogue

Partagez

Aa-+

D'après vous, à combien bat un cœur d'athlète ?

Jeux Olympiques par Dr Denis Roy, 7 Février 2014 - 14:45

Source

Le cœur d’un adulte en condition physique normale bat entre 50 et 80 fois par minute au repos. Chez un sportif d’endurance, comme un cycliste ou coureur de fond, la fréquence cardiaque peut être proche de 30 battements par minute au repos la nuit sans que cela soit anormal. Incroyable, mais vrai! En effet, l’exercice physique développe considérablement le système cardiovasculaire, notamment le volume de sang qui entre et qui sort du cœur. Ainsi, parce qu’il est entraîné, le cœur d’un sportif dépense moins d’énergie à fonctionner en temps normal. C’est pourquoi la fréquence cardiaque est plus basse chez le sportif que le sédentaire.

L'entraînement en endurance favorise une économie du travail cardiaque et ainsi une réduction de la fréquence cardiaque. La pratique régulière d'un exercice physique modéré (vélo, course à pied, etc.) est le meilleur moyen d'abaisser le rythme cardiaque au repos à condition, bien sûr, de le pratiquer progressivement et régulièrement.

Lors d'un exercice physique, les besoins en énergie augmentent et afin de répondre aux besoins de l'organisme, le système cardio-vasculaire et ses composantes doivent s’adapter.

Avant même de commencer, on observe une légère élévation de la fréquence cardiaque par anticipation qui s’explique principalement par le stress qui précède le début de l’exercice. Dès le début de l’effort, la fréquence cardiaque augmente en deux temps. D’abord rapidement, puis progressivement jusqu’à atteindre la valeur correspondant à l’effort réalisé. Dès l'arrêt de l'exercice, la fréquence cardiaque diminue rapidement, soit de plus de 16 à 20 battements au cours de la 1ère minute. Plus une personne est en forme, plus la fréquence cardiaque diminue rapidement : jusqu'à 40 battements dans la 1ère minute chez un athlète alors qu'elle peut être de moins de 12 battements chez un sédentaire. Après la 1ère minute de repos, la fonction cardiaque diminue moins rapidement et le retour à la valeur de repos peut prendre plus d'une heure selon la forme physique.

Par ailleurs, le volume d’éjection du sang augmente également lors d’un exercice, et ce, grâce à deux phénomènes, soit l’augmentation de la puissance de contraction du cœur, ce qui permet au ventricule de se vider davantage qu’au repos, et l’amélioration du retour veineux vers le cœur, ce qui permet d’augmenter le volume de remplissage des cavités cardiaques. En bref, le cœur se remplit et se vide mieux lors d’un exercice qu’au repos.

Ces deux phénomènes se traduisent par une augmentation considérable du débit cardiaque. Ainsi, si celui-ci correspond à environ 5 litres par minute (l/min) au repos chez le sédentaire comme chez le sportif, il évolue jusqu’à 25 l/min chez un sédentaire et jusqu’à parfois plus de 40 l/min chez un sportif spécialiste d’endurance. L’entraînement cardiopulmonaire aérobique se révèle donc être un moyen particulièrement efficace dans le développement du débit cardiaque maximal.

L'Institut de Cardiologie de Montréal n'est en aucun cas responsable du contenu des commentaires publiés. Ces commentaires reflètent les avis et opinions des usagers et non ceux de l'Institut de Cardiologie de Montréal.

Ajouter un commentaire