Où vont vos dons

Partagez

Aa-+

Projets financés par la Fondation

Toute une série de projets financés par la Fondation vient démontrer, jour après jour, à quel point l’Institut de Cardiologie de Montréal est une institution de classe mondiale.

Voyez, à travers les témoignages, comment l’appui de la Fondation et de nos donateurs fait une différence dans le quotidien des patients et des professionnels de la santé de l’Institut.

Utilisation des dons

  • Acheter les meilleurs équipements médicaux disponibles;
  • Financer de nombreux projets de recherche;
  • Augmenter la précision et la rapidité des diagnostics;
  • Développer des traitements minimalement invasifs pour le patient;
  • Mieux planifier les interventions chirurgicales et réduire les listes d'attente;
  • Traiter plus de patients et améliorer leur qualité de vie;
  • Promouvoir la prévention;
  • Sauver plus de vies.

Une Biobanque inédite au monde

"Je ne présentais aucun symptôme de maladie cardiaque. Pas de serrement, pas de douleur. Je ne fais pas de diabète, ni de cholestérol et je ne fume pas. J’ai été recruté pour participer à la Biobanque par ma fille. En faisant les tests, on a vu que j’étais sujet à l’angine. L’angiographie a démontré qu’une de mes artères était bloquée à 70 %. Pour compléter, on m’a passé une coronarographie qui a confirmé qu’un pontage était nécessaire. Depuis, la famille a été recrutée pour faire partie de la Biobanque. On pourra savoir s’il y a un historique de maladie cardiaque dans la famille. Ça peut sauver ma famille et la vôtre."
 

̶  Jean Laberge, patient et participant à la Biobanque

"Avec plus de 17 000 patients déjà impliqués dans le projet de la Biobanque, nous voulons trouver des traitements encore plus efficaces pour soigner les bonnes personnes, aux bons moments, et aussi pour mieux comprendre les maladies cardiovasculaires, incluant l’hypertension artérielle, les maladies cardiaques et d’autres maladies comme l’obésité et le diabète. C’est grâce aux patients et à leur enthousiasme que cette Biobanque est possible. J’ai aussi beaucoup de reconnaissance pour la Fondation, qui nous permet de créer une ressource innovatrice tant au Canada qu’à l’international et qui positionne nos chercheurs sur la ligne de pointe. On est dans la phase changements majeurs et c’est excitant."

 

̶  Dr Jean-Claude Tardif, cardiologue et directeur du Centre de recherche de l’ICM

"Chaque année, les maladies cardiovasculaires, comme les crises cardiaques et les accidents cérébrovasculaires, tuent 17 millions de personnes à travers le monde. À mes yeux, c’était important d’aider la Fondation à financer la Biobanque, qui sera la première cohorte hospitalière spécialisée de cette envergure. Elle permettra aux chercheurs de l’Institut et à leurs collaborateurs de mieux identifier les causes des maladies cardiovasculaires et de développer de meilleurs outils de diagnostic et de prévention. Encore plus fascinant, elle permettra de découvrir des traitements plus efficaces pour soigner ces maladies. C’est ça, le vrai et ultime objectif."

 

̶  André Desmarais, donateur

Le Centre ÉPIC : s’entraîner à avoir bon cœur

En 2008, j’ai eu un infarctus. Depuis ce temps, je m’entraîne au Centre ÉPIC de l’ICM cinq fois par semaine. J’ai eu un entraînement avec un kinésiologue et une nutritionniste. Au début, j’étais incapable de monter seul les escaliers. Maintenant, je joue au badminton et je cours! Il n’y a que 30 % de mon cœur qui est vivant. Je connais mes limites. Mais je me sens comme si j’avais 25 ans! L’Institut a réellement changé mes jours. Je lui dois ma vie...

̶  Giorgio Serafin, participant au programme de réadaptation cardiaque

La prévention des maladies cardiovasculaires occupe une place importante dans la mission de l'Institut, au même titre que les soins, la recherche, l'enseignement et l'évaluation des nouvelles technologies. L’ÉPIC, en quelques chiffres, c’est plus de 5 000 membres dont 2 000 ont des problèmes cardiaques, plus de 300 000 visites annuelles et plus de 12 000 évaluations médicales effectuées chaque année. On peut dire que le Centre ÉPIC est un laboratoire sur la prévention. Et en matière de prévention, les Québécois se sont réveillés il y a quelques années, et ça continue. Ce sont les dons qui nous permettent de sensibiliser toujours plus de gens, d’où l’importance pour nous du soutien de la Fondation.

̶  Dr Martin Juneau, cardiologue, chercheur et directeur de la prévention à l’ICM

À l’âge de 37 ans, mon conjoint a eu un infarctus. Il n’a eu ni médication, ni programme de prévention. Dix ans plus tard, il a eu cinq pontages pour éviter de refaire un infarctus qui, celui-là, aurait été mortel. Par la suite, avec un bon suivi, il a pu avoir une vie active sans problème cardiaque jusqu’à ce qu’il décède d’une autre maladie. La prévention est toujours mieux que l’opération ou l’aggravation. Voilà pourquoi je donne à l’Institut de Cardiologie de Montréal.

̶  Marielle Jetté, donatrice

Des soins infirmiers qui font un grand bien

Je dois de grands mercis à l’Institut! J’y ai reçu d’excellents soins infirmiers, mais aussi de l’humanité. Merci à Zeynep (infirmière clinicienne) d’avoir su créer un si beau climat de confiance. Sa voix pleine de tendresse et de réconfort m’a donné des chansons pour me distraire de ce qui se passait... Merci à Bertha (une infirmière)_pour son empathie et sa douceur. Et merci au jeune stagiaire pour son geste de compassion. Vous êtes à jamais dans mon cœur.

̶  Claudette Matte, patiente

C’est un privilège de pouvoir compter sur la Fondation pour développer des compétences et des bourses en soins infirmiers. Grâce au service d'analgésie postopératoire (SAPO), nous avons une infirmière clinicienne dédiée – Zeynep Yegin − qui peut aider les équipes à mieux reconnaître l’expression de la douleur postopératoire chez les patients. Ça compte tellement, ça, pour la qualité des soins! Le SAPO nous permet également de soulager la douleur de façon personnalisée, à la fine pointe des recommandations cliniques.

̶  Direction des soins infirmiers

Lorsqu’on arrive à l’Institut avec un problème au cœur, on a une seule chose en tête : recevoir les meilleurs soins par des équipes qui savent parfaitement quels gestes poser, quoi dire pour nous rassurer, comment nous accompagner dans ce que l’on vit. J’ai tellement apprécié les soins que j’ai reçus à l’Institut que j’ai décidé de faire des dons annuels dédiés pour des bourses d’études en soins infirmiers. Vouloir se perfectionner pour mieux soigner les patients, ça mérite du soutien.

̶  Jean-Pierre Themens, donateur et patient de l’ICM